Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Un peut de philo, un peut de d'humour, et surtout beaucoup de vie...

25 Aug

Laissez-moi

Publié par Lila Marechal

Vous voyez cette phrase dans les comédies romantiques ? Si, vous savez, cette phrase conne qui peut être vrai, "tu es la meilleure chose qui me soit arrivée dans la vie, sauf que le problème, c'est que tu es aussi la pire." 

Souvent cette phrase survient quand ils réalisent qu'ils s'aiment trop, qu'ils s'aiment à s'en faire mal. 

Je ressent ça. Enfin, ce trop plein de passion, ce trop qui détruit tout. Sauf qu'à défaut d'une personne, c'est envers la musique que je ressent ça. Et c'est triste. C'est triste et c'est pire, pire que de ressentir ça envers une personne, qui, elle, le ressent aussi possiblement. C'est pire car la musique n'est pas un être à part entière, c'est quelque chose d'immatériel que nous, humain, nous nous efforçons de retranscrire, d'écrire, de noter, mais non, elle ne se pointera pas un jour devant toi, non, elle est en toi, et en tout le monde. Et c'est ça qui est horrible, c'est que, finalement, je ne me retrouve qu'avec moi même, sans personne qui ressent la même chose exactement. Je me retrouve seule et j'aime pas. 

Pour moi la musique est censé rassembler les gens, transmettre des paroles, des rythmes, des notes et même des sentiments, et que là, tout d'un coup, elle te fasse sentir seule, c'est la pire des chose, comme une punition, une punition qui coupe l'envie de se battre, non, je n'ai plus envie de faire de la musique, pas tout de suite en tout cas. Cela reviendra, peut être demain, peut être dans deux mois ou dans vingt ans, mais ça reviendra. 

Non, tout de suite, l'idée même de faire de la musique me fait peur, car si j'en fait, faudra que je compose, ou du moins, que j'essaie, et ça je n'en suis plus capable, je n'ai plus envie de me sentir mal, de pleurer, par ce que j'y arrive pas sur le moment, mais, qu'a la fin de cette crise je donne un truc tout beau, qui me plait mais que j'aurais écrit alors que j'allais mal, que je pleurais, comme maintenant. Je veux pas aller mal pour faire de la musique, je veux pas aller mal pour quelque chose qui est censé me donner du bonheur. 

Alors, s'il vous plait, laissez moi un moment, et ne me dites pas que je ne suis pas obligée d'écrire, d'inventer, car, si je fais que les autres, ça sera pire. 

Laissez moi respirez, cinq minutes, une heure, une journée, une semaine, une mois, une année, une vie !

Respirer....

Commenter cet article

À propos

Un peut de philo, un peut de d'humour, et surtout beaucoup de vie...